Go to Homepage

« Pas un boulot de 9 h à 17 h, mais un qui me satisfait entièrement ! »

Tandis que d'autres dorment encore paisiblement, Ingo Büsching se trouve déjà dans l'entrepôt et analyse la situation. Le responsable des expéditions commence le travail à 6 h dans l'usine de carton ondulé PW09 de Plößberg.

Il assure que la marchandise quitte l'usine dans la quantité requise et au bon moment et qu'elle est livrée au bon client. La marchandise, c'est du carton – du carton ondulé, pour être précis. « Rien de très spectaculaire quand on entend ça », dit Büsching. « Mais quand on prend conscience de la nécessité du carton dans tous les domaines de la vie courante, ça devient hautement intéressant. » Il est léger et durable ; on ne peut pas s'en passer pour les emballages. « Depuis que je travaille chez Progroup, je vois le carton dans lequel mes commandes en ligne arrivent avec d'autres yeux », affirme l'homme de 36 ans. « Le matériau me fascine – et encore plus le fait de savoir que, grâce à nos produits, des objets sont transportés de A à B dans toute l'Europe en toute sécurité. » À Plößberg, on produit chaque année près de 200 millions de m² de plaques de carton ondulé – entièrement à partir de vieux papiers, et de manière particulièrement rentable grâce à nos machines haute technologie innovantes.

7 heures
Après sa tournée du matin à travers l'entrepôt, Büsching rédige son rapport journalier. Il y indique la disponibilité actuelle de l'entrepôt. Il mentionne le nombre de marchandises ayant été chargées, puis transportées ces dernières 24 heures. C'est bientôt l'heure du briefing du matin : il se tient au courant des développements avec les chefs d'équipes, les directeurs d'exploitation et les ouvriers. La production fonctionne-t-elle comme prévu ? Les équipes sont-elles actuellement complètes ou y a-t-il des arrêts maladie ? Ensuite, les activités quotidiennes peuvent commencer.

 

8 h 30
Aujourd'hui, 120 tonnes de plaques de carton ondulé doivent être livrées. Pour aider ses collègues à charger la marchandise, Büsching monte lui-même sur le chariot élévateur. Mais avant, il contrôle minutieusement les plaques de carton ondulé – les contrôles qualité font partie des tâches qu'il doit accomplir. Seuls les produits entièrement intacts peuvent quitter l'entrepôt.

 

Petite pause déjeuner
Le ventre est rempli et le travail continue. Entre temps, un entretien téléphonique a eu lieu avec le Group Office de Landau : une mise à jour concernant les livraisons planifiées. « Je dois veiller à ce que les processus de logistique soient parfaitement coordonnés. Ce n'est pas toujours facile. Il suffit d'un problème sur une machine pour que tous les processus se déplacent », explique-t-il. Car la production est assurée par trois équipes tournantes et "just in time". Cela veut dire que ce qu'un client commande aujourd'hui, il l'obtient après-demain au plus tard. Cela requiert un travail précis. « Mais c'est ce qui rend mon travail excitant. Le plus important, c'est que nous puissions compter les uns sur les autres. Nous avons une équipe du tonnerre avec laquelle nous avons déjà surmonté toutes sortes de défis – et fêté de nombreux succès », dit-il fièrement. Par exemple, les records de production. Lorsqu'une usine affiche des chiffres de production hautement élevés, Progroup honore cette performance.

 

Büsching pense à son parcours avec fierté. Ce menuisier a commencé comme cariste en 2016 dans l'entreprise. Neuf mois plus tard, il a posé sa candidature pour devenir directeur des expéditions adjoint – et a obtenu le poste. Deux ans après, il a monté en grade pour occuper le poste qu'il occupe aujourd'hui. Il a continué à se former et a désormais le droit de former des collaborateurs à la conduite de chariots de manutention et de plates-formes élévatrices. « C'est ce que j'apprécie énormément chez Progroup. On nous sollicite et nous encourage. Il y a de nombreuses possibilités d'évoluer. Et il y a la sécurité financière : mon poste résiste aux crises, la pandémie l'a montré une fois de plus », explique Ingo. L'avenir aussi a l'air prometteur : la croissance continuera, tous les signes le prouvent sur le marché du carton ondulé. « J'ai un travail qui me satisfait entièrement et un employeur chez lequel je souhaite rester jusqu'à ma retraite », résume-t-il. La journée se termine ici pour aujourd'hui.

 

15 heures
Il est temps de rentrer chez soi.

  • Le travail est assuré par trois équipes tournantes. Il est important de travailler en équipe.
  • Des machines haute technologie ultramodernes dans l'usine de Plößberg assurent une production de carton ondulé particulièrement rentable.
  • Seuls les produits entièrement intacts peuvent quitter l'entrepôt.
  • Pour aider ses collègues, Büsching n'hésite pas à monter lui-même sur le chariot élévateur.
00 / 00

Le travail est assuré par trois équipes tournantes. Il est important de travailler en équipe.

Des machines haute technologie ultramodernes dans l'usine de Plößberg assurent une production de carton ondulé particulièrement rentable.

Seuls les produits entièrement intacts peuvent quitter l'entrepôt.

Pour aider ses collègues, Büsching n'hésite pas à monter lui-même sur le chariot élévateur.

Vers le haut